8 mai : l’hommage aux héros

9 mai 2018 à 14:31

La Seconde guerre Mondiale reste gravée dans toutes les mémoires. Ce drame de l’Humanité aura fait des millions de morts. Des victimes que les jeunes générations ne doivent pas oublier. Mardi dernier, le devoir de mémoire était dans toutes les têtes à Bout du Pont de l’Arn lors de la commémoration du 8 mai 1945. Près de 150 personnes avaient fait le déplacement. De nombreux élus du bassin mazamétain mais aussi des responsables associatifs, des habitants du village et des enfants de l’école, sans oublier les corps constitués.  Il y avait de l’émotion dans les rangs de l’assistance. Dans son discours, Bernard Prat a donc rendu hommage à toutes les victimes de la barbarie nazie et n’a pas oublié de saluer la mémoire du colonel Beltrame. Rappelons que ce dernier avait fait preuve d’un héroïsme incroyable en se substituant à une otage lors de l’attaque terroriste du 23 mars à Trèbes, dans l’Aude.

Discours de Bernard Prat du 8 mai 2018 : 

« C’est toujours avec beaucoup d’émotion que nous nous retrouvons pour cette commémoration du 8 mai 1945. Beaucoup d’émotion car nous repensons aux atrocités commises pendant la Seconde guerre Mondiale. Des atrocités qui ont souvent touchés des proches, parents pour certains, grands-parents pour d’autres. Je sais aussi que quelques-uns d’entre vous ont vécu cette période de l’Histoire de France. La célébration de la victoire du 8 mai 1945 n’est pas seulement l’affaire des anciens combattants, des élus et des corps constitués. Elle est fondamentalement l’affaire de tous les citoyens de notre pays.

Rappelons-nous qu’en 1940, la Nation était à genoux face à l’ennemi allemand. Pourtant, le peuple français ne s’est pas résigné et s’est retrouvé derrière la volonté de vaincre du Général De Gaulle. Un exemple pour de nombreuses générations et qui doit, je crois, perpétuer dans l’esprit de nos enfants. Durant 5 ans, la Résistance a été mise à mal, elle a plié mais n’a jamais rompu. Elle a su fragilisé les troupes de l’Allemagne Nazi avant que nos alliés ne viennent porter l’estocade. En ce 8 mai 2018 nous célébrons la fin d’une terrible guerre, une victoire, la mémoire des victimes et le début d’un nouvel espoir. La fin d’une guerre dont je pense qu’il est inutile de rappeler qu’elle fut probablement la plus inhumaine de l’histoire. Elle fut en tout cas, la plus meurtrière.

Il est donc important d’entretenir le souvenir de ces hommes et de ces femmes qui sont tombés pour que la France retrouve la paix. Une paix qui, 73 ans après, reste fragile face à tous les extrémismes qui se développent aux quatre coins du globe. N’oublions pas d’où on vient afin de ne pas reproduire les erreurs du passé.

En ce 8 mai 2018, je voudrais rendre un hommage au colonel Beltrame. Jamais la France n’oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice. Il a donné sa vie pour en sauver une autre. C’est une représentation de la Résistance de la France face au terrorisme. Une manière de montrer qu’on reste debout. Je pense à toutes les victimes du terrorisme. Aujourd’hui il est important que les communes montrent leurs solidarités envers nos forces de l’ordre. Messieurs les gendarmes vous avez toute ma reconnaissance et mon soutien.

 La France est un beau pays. L’un des plus beaux au monde à mon sens. Mais il le restera seulement si nous demeurons soudés et unis face à tous les dangers qui peuvent le menacer. »