« Bout du Pont de l’Arn ? Notre deuxième maison »

21 mai 2019 à 16:40

Ce sera l’événement de cette fin mai. Le vendredi 31 à 21h, Pierre Lemarchal sera en concert à la salle polyvalente de Bout du Pont de l’Arn. Tous les bénéfices seront reversés à l’association Grégory Lemarchal afin de venir en aide à la recherche contre la mucoviscidose. A quelques jours de la représentation, Pierre Lemarchal a répondu à nos questions.

Vous voilà de retour à Bout du Pont de l’Arn, cela doit vous faire plaisir ?
Pierre Lemarchal : « Effectivement. Bout du Pont de l’Arn, c’est un peu comme notre deuxième maison. Nous sommes extrêmement bien reçus et nous avons des amis ici. A chaque fois, c’est un rendez-vous extraordinaire. Nous sommes vraiment impatients de venir. »

Votre spectacle s’intitule « Nos plus belles années ». Quelles chansons allez-vous interpréter ?
P.L. : « C’est un spectacle qui dure près de deux heures. Nous avons mis en place un répertoire très éclectique composé de chansons à texte et d’autres basées sur la rythmique. Le public pourra chanter, taper dans les mains, danser. Ce sera une soirée haute en couleur. Ferré, Brel, Aznavour, Lama, Bécaud se rappelleront à nos mémoires. Sardou, Fugain, Berger nous promèneront de souvenir en souvenir, d’une émotion à l’autre, et Goldman ou Pagny viendront compléter la Playlist de nos envies . Bref, on va se régaler. « Nos plus belles années » n’est pas pour autant une ode au passé. C’est une invitation à se laisser porter par la musique et jouir de l’instant, à résister à la morosité ambiante et célébrer ce qui nous fait nous sentir vivants. » 

Cela fait douze ans que votre fils, Grégory, est décédé. Où en sommes-nous du combat contre la mucoviscidose ?
P.L. : « Ce combat a été médiatisé avec la mort de Grégory et depuis la recherche avance énormément. Aujourd’hui, des molécules sont en train de voir le jour. Nous sommes dans la phase clinique. En phase 3 plus exactement. Cela veut dire que des médicaments pourront être élaborés dans les futures années. Nous ne le verrons sûrement pas mais nous avons grand espoir que les gens puissent vivre avec cette maladie sans avoir besoin de transplantation pulmonaire. Nous sommes véritablement sur la pente ascendante et je m’en réjouis vivement. »

Prix : 15€. Réservation en mairie (05.63.97.55.60)