Deux communes et un seul clocher

24 octobre 2016 à 09:39

Samedi dernier, Bout-du-Pont-de-l’Arn et Pont-de-l’Arn ont inauguré les travaux de rénovation de l’église Saint-Jean-Baptiste. Le chantier aura duré de longs mois. La façade a été reprise à la chaux et deux vitraux ont été changés. Samedi, les paroissiens étaient nombreux pour découvrir le nouveau visage de l’édifice. Tout ce petit monde s’est retrouvé à la fin de la messe, autour des élus, dans l’ancienne usine Cormouls afin de partager le vin d’honneur.

Ci-dessous, le discours de Bernard Prat :

« Il est difficile de remonter précisément aux origines de ce que nous appelons aujourd’hui l’intercommunalité des lieux de culte entre Pont de l’Arn et Bout du Pont de l’Arn. Bout du Pont était jadis un hameau éloigné de son chef-lieu St Amans Valtoret, et c’est donc bien avant sa création en 1928 que les habitants de Bout du Pont s’étaient tout naturellement tournés vers la paroisse de Pont-de-l’Arn, attirés par les premiers faubourgs commerciaux de Mazamet. La fréquentation de la paroisse est donc à l’origine-même de la séparation de Bout du Pont de St Amans Valtoret.

Au départ, l’église Saint Baudille de Mouscaillac dessert les communautés de Montlédier, Pont de l’Arn et Bout du Pont. C’est en 1841 que les habitants de Bout du Pont et alentours et la communauté catholique décident de construire à leurs frais près de la rivière Larn la chapelle, dédiée à St Jean Baptiste. La chapelle a une superficie de 121 m2, pour accueillir 600 fidèles, elle est trop petite,  Marius Olombel, maire de Pont-de-l’Arn,  en ordonne la reconstruction en 1878, avec la participation financière de la Commune de St Amans Valtoret pour les habitants de Bout du Pont qui la fréquentent pour moitié. Il en est ainsi depuis lors du financement des travaux de l’église afin d’en assurer conjointement l’entretien.

Bien que Christian et moi ne soyons pas des anges, il ne peut donc pas vraiment être question de « querelles de clochers » entre Pont de l’Arn et Bout du Pont de l’Arn, pour la bonne raison que nous n’en avons qu’un ! Nous n’avons d’autre choix que de nous entendre !  Il est vrai qu’avant les travaux, mes adjoints et moi-même étions favorables à une réfection totale de la façade (car à Bout du Pont nous préférons toujours faire les travaux en profondeur, plutôt que d’y revenir deux ans après). Mais n’ayant pas la force de persuasion de Don Camillo, nous avons adopté et financé la moitié du projet préconisé par le territoire sur lequel se trouve l’édifice. Nous finissons toujours par mener à bien nos projets intercommunaux convenablement, et nous pouvons être fiers d’inaugurer ces travaux aujourd’hui, en toute amitié.

Je suis particulièrement heureux que ces travaux aient eu lieu cette année, dans le contexte actuel de notre pays et des drames qu’il traverse. Nous devons rester attachés à notre principe de laïcité et d’ouverture, sans pour autant renier notre longue histoire judéo-chrétienne qui constitue notre culture profonde. Nous avons la preuve ici-même par exemple que les notions de paroisse et de commune sont intimement liées. Nous devons prendre soin de notre patrimoine, si précieux pour les touristes du monde entier, qui nous envient nos clochers, nos monuments et nos chaleureux villages. Le monde et les mentalités évoluent très vite, et si nous ne voulons pas nous fondre dans la masse, sachons garder nos racines bien ancrées afin de nous hisser et de vivre en harmonie tout en restant nous-mêmes et en préservant nos libertés fondamentales.

Je voudrais remercier tous les bénévoles (entretien, nettoyages, fleurissement ; chorales organisation des messes etc……

J’ai une pensée pour le père Jacques Hamel, assassiné en juillet dernier à Saint-Etienne du Rouvray, et si vous me le permettez, je voudrais lui dédier cette cérémonie d’inauguration. »

 

dsc00003